Ok

PIERRE MORO

Le site officiel de Pierre Moro


Biographie Pierre Moro



Pierre Moro est né le 15 Avril 1942 en Normandie.

Il aurait du naitre en Italie car toute sa famille est du Nord de la péninsule. Mais les hasards de la guerre en avaient décidé autrement.

Après des études primaires et secondaires chaotiques, dues au fait que son père était un chanteur célèbre dans les années 50 l’amenant à trainer plus souvent dans les coulisses de music-hall qu’à user ses fonds de pantalon sur les bancs d’école, il s’est marié très jeune à 18 ans. On aurait pu penser que Pierre allait mener une vie de monsieur tout le monde, avec femme et enfants, genre métro, boulot, dodo. Il n’en fut rien !

Car le bougre comprit très vite qu’il avait commis une erreur d’aiguillage, surtout dans le domaine de sa vie intime. Une sexualité banale, plan plan ne lui convenait pas du tout. Aussi, très vite, tout en assurant sa vie matérielle en électron libre faisant du business dans l’aménagement d’espaces industriel et administratif à son compte, car il ne supportait pas d’être sous l’emprise d’un chef ou d’un patron, il découvrit les plaisirs du sexe progressivement et sans modération. Natif du signe du Bélier, signe de feu, il vécut des expériences sexuelles intenses, car contrairement à beaucoup d’hommes qui ne vivent que de fantasmes et de sexe virtuel, lui voulait concrétiser pleinement ses désirs sexuels.

A la trentaine, il partagea la vie d’une prostituée durant trois ans. Ce qui lui valut d’être en délicatesse avec la loi, mais l’amena à vivre une relation charnelle intense.

Son amante, une jolie pute blonde et charnue d’une vingtaine d’année, ouverte à toutes les perversions les plus extrêmes, lui permis d’aller très loin dans les luxures diverses et variées et aussi de commencer à faire des photos et des petits films de cul amateurs en 8mm.

Après une séparation douloureuse et forcée, Pierre pressentait que son avenir ne resterait pas figé dans le mobilier industriel. Durant quelques années encore, il mena quelques relations avec des compagnes ouvertes à ses jeux amoureux et souvent sexuellement incorrects et le hasard lui fit connaître d’abord Dany et ensuite une trans célèbre dans le X : Lana Woods.

Avec Dany, ils formèrent un couple uni par l’amour, le sexe et une véritable complicité dans tous les domaines du plaisir charnel. En 1988, Pierre acheta sa première camera et commença à filmer son égérie dans toutes les situations cochonnes les plus inimaginables. Dany était bisex et bien sur le libertinage s’inscrivit tout naturellement dans leur vie intime, ce qui les amena à partager une soirée très chaude avec Lana Woods. Dany et Lana se plurent immédiatement et elles firent l’amour avec Pierre qui découvrit ce soir-là que Lana n’était pas une femme tout à fait comme les autres. Les trans opérés ne sont pas légion et cette expérience nouvelle fut suivie d’autres soirées. Une réelle amitié s’instaura dans ce trio complice. Ce fut Lana qui proposa à Pierre de créer une prod. Elle revenait d’Angleterre et n’avait pas tourné depuis des mois. C’est ainsi que « Klitorix Production » apparut sur le marché du X.

Cette création allait changer radicalement la vie de Pierre, qui jusqu'alors ne tournait que des rushes amateurs tout en continuant à travailler dans le mobilier. Lana s’occupa du casting et de présenter Pierre aux professionnels du Porno, dont les Boss de Hot Vidéo et de quelques éditeurs comme Concorde, Lucy Vidéo, Cargo … le train était lancé. Pierre acheta une caméra pro, des lumières et tous les accessoires nécessaire à un vrai tournage, restait à déterminer quel film il fallait tourner pour s’imposer sur marché, car Lana voulait que ce premier film soit une réussite. Pierre alors pensa à sa vie passée et à la jolie pute blonde qu’il avait aimée. Le physique, la personnalité de Lana, créature séduisante et mystérieuse lui inspira « La proxo ». L’histoire d’une Américaine roulant sur une Harley et Escort de luxe. Lana trouva l’idée très bonne et l’on tourna le film en trois jours en région Parisienne avec une bande de Bikers, Lana et HPG qui avait encore ses cheveux, en furent les vedettes « La Proxo » fut nominé aux Hot d’Or en 1997.

Ensuite, tout s’enchaina naturellement. Pierre abandonna le bureau pour le porno à plein temps. « La Proxo » avait couté assez cher et il fallait rentabiliser Klitorix . Aussi furent tournés à cette époque une quantité de films hards et très extrêmes qui marchèrent en sex-shop et permirent ainsi du fait de leur rentabilité de tourner des films plus ambitieux. Le marché alors commençait à évoluer. Les cassettes furent remplacées par les DVD. Puis les chaines de télé câblées commencèrent à commander du porno. Pierre se trouvait à la croisée des deux directions. Soit il continuait à réaliser des films extrêmes, invendables en télé, soit il faisait du plus consensuel. Mais il se coupait du marché sex-shop qui continuait bon an mal an à commander des vidéos très hard. Il décida de jouer sur les deux tableaux. Ainsi, il réalisât des films aux titres et scénarii inimaginables de nos jours. Il tourna aussi des films comme « l’usine » avec Chipy Marlow et Océanne ou « les boulangères menées à la braguette » avec Maeva Exell, Delphine Delage, Nathalie Dun. Ces films furent nominés au Hot d’Or 1998-1999. Cette double casquette fit que l’on ressentit à cette époque d’une manière assez floue la personnalité de Pierre. Était-il un réalisateur de vidéos hard crad ou un faiseur de films politiquement correct ?... A cette question que posa un jour un journaliste à Pierre, il répondit : « Les films de cul, c’est comme la cuisine, un jour tu veux déguster un tournedos Rossini et un autre jour, tu veux te bâfrer un plat de cochonnaille. Le sexe, c’est pareil, selon ton humeur du moment, ton erectometre du jour, tu banderas pour une belle scène avec des jolies nanas baisant gentiment au bord d’une piscine, ou tu auras une furieuse envie de mater des grosses salopes pleine de poils, qui jouissent salement dans des chiottes sordides.

Et puis il ajouta : « je ne veux pas m’enfermer dans un style immuable, dans un carcan de conventions, la censures m’emmerde et bien que de nos jours je suis obligé quand même de faire attention à ce que je tourne, j’aime être limite, chevaucher la ligne jaune, être subversif. Je vais avoir bientôt 70 berges, je n’ai plus rien à prouver aux autres et à moi-même. J’ai toujours essayé de rester un homme libre et si justement je fais du porno à mon âge, c’est bien parce que j’espère que c’est dans ce milieu que l’on peut encore s’exprimer comme on l’entend.

Effectivement Pierre assure des réalisations très éclectiques puisque récemment encore il propose deux films très différents comme « une sale punition » qui incontestablement est super hard crad et « masseurs pour dames » qui s’inscrit dans les catalogues télés.

Et puis avec internet Pierre peut aussi tourner ce qu’il a envie, puisqu’ il propose sur son site du gros rouge qui tache et du porno classique. Cette polyvalence fait que depuis une quinzaine d’années Pierre Moro, en bon artisan, figure en bonne place dans le petit monde du porno et est apprécié par les consommateurs de films de cul qui trouvent chez lui des produits différents qui fleurent bon le sexe sans tabou et qui peuvent être extrêmes ou bon enfant.

Pour finir, nous avons demandé à pierre quelles ont été et sont actuellement les actrices et acteurs X avec lesquels il avait été heureux de tourner. Réponse :

« Voici une bonne question, mais aussi une question embarrassante. Depuis Klitoris Prod, j’ai tourné environ entre 350 à 400 films et scènes variées. Je t’avoue que je ne me souviens plus de tout le monde et puis c’est délicat d’en nommer certains et d’en omettre d’autres. Mais évitons la langue de bois et je vais rappeler ici ceux et celles qui ont vraiment fait partie ou font encore partie de mon petit monde. Pour commencer, j’ai eu le plaisir de faire tourner à leurs débuts pour les garçons : Sébastien Barrio, Yan Scott, Joachim à qui j’ai fait dire « y a bon la femme blanche » dans « Queue d’ébène », aussi Titof pour - je crois - sa deuxième scène amateur. J’ai tourné aussi avec David Perry, actuellement j’adore tourner avec William, Mickael Cherrito, Rick Angel, JP X. Dans les anciens, il y a eu Yves Baillat et Kevin Long, ah et puis, il ne faut pas l’oublier Manu Ferrera, le malheureux ! Il avait 19 ans quand je lui infligeais des scènes avec des femmes très mures pleines de poils…

Pour les filles, Je nommerai pour les anciennes Delphine Delage, Anastasia Kass, Lee Anh, Magella, Gina Vice, Betty Bell, Charly Spark, Océanne. Et puis actuellement : Sabrina Sweet, Joyce Ellexa, Nathalie Vanadis, Cindy Picardie, Emy Russo, Love Christal, Kenza Suck, Schannya Tweeks et puis pleins d’amatrices charmantes et performantes qui n’ont fait que passer, mais qui m’ont laissé de bons souvenirs. J’en oublie bien sûr, qu’ils et qu’elles me pardonnent. J’essaierai prochainement en fouillant dans mes cartons d’établir une liste alphabétique reprenant mes castings depuis 1992, ça devrait faire pas mal de monde ».

Cette biographie de Pierre Moro n’est pas exhaustive; mais elle résume dans les grandes lignes sa vie et sa présence dans le porno où il compte toujours apporter sa pierre portée par un vent de liberté et de joie de vivre. Depuis un certain temps déjà, il partage son existence avec une jeune et charmante Franco-Malgache qui lui a fait redécouvrir les charmes d’une vie privée stable et harmonieuse.

Allons bon vent Pierre et nous souhaitons te croiser encore longtemps avec ta camera, ton cigarillo entre tes lèvres et ta bonne humeur de vieux gamin incontrôlable.